Une vidéo d’une personne chutée sur la voie publique met en cause les pompiers de Guadeloupe, le SDIS réagit

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Guadeloupe
Mots clés :

Une vidéo sur les réseaux sociaux met en cause les pompiers de Guadeloupe après la chute d’une personne sur la voie publique. Le SDIS971a réagi dans un communiqué, indiquant « que ce film ne retranscrit pas la réalité des faits » et « se réserve le droit de déposer plainte ».

Il convient donc de rectifier certains points en apportant les informations objectives suivantes, indique le directeur du Sdis dans le communiqué ci-dessous :

Depuis quelques jours la vidéo suivante « tourne » sur les réseaux sociaux et semble faire le buzz !
Le DDSIS 971 souhaite avant tout féliciter l’auteur de cette vidéo pour la qualité de son montage mais lui dire que malheureusement, volontairement ou involontairement ce film ne retranscrit pas la réalité des faits !
Il convient donc de rectifier certains points en apportant les informations objectives suivantes:

Le 18 septembre 2020 à 15h52, nous recevons un appel pour personne chutée sur la voie publique – rue du moule à Morne-A-L’eau.
– 15h58, le VSAV du CS de Petit-Bourg est déclenché vu que tous les VSAV du secteur et en particulier ceux de Morne-A-L’eau sont déjà en intervention !
– 16h23 le VSAV arrive sur les lieux soit 21 mn de trajet et non 1h30 comme annoncé dans la vidéo !
– 16h59 la Victime est prise en charge à l’hôpital
En outre la réécoute des bandes audio montre que :
– l’auteur de la vidéo arrivé tardivement sur les lieux annonce clairement à l’un de nos opérateurs  » … qu’il comptait faire un reportage sur le fonctionnement des pompiers..» !?
– à aucun moment les mots « SDF » ne sont prononcés ni dans la vidéo ni lors des échanges avec les quatre appelants pour cette intervention
Ces enregistrements peuvent être consultés au SDIS sur demande.

C’est l’occasion aussi de rappeler à toutes et tous que dans un pays soumis à de multiples aléas naturels, ils doivent devenir des acteurs de leur propre sécurité. Dans cette perspective, ils peuvent s’inscrire aux sessions de secourisme proposées par différentes associations ce qui leur permettra de porter secours en attendant l’arrivée des services organisés (Sapeur-pompier, SAMU…)
Enfin et compte-tenu de ces éléments qui tendent à falsifier le déroulé de cette intervention, le SDIS se réserve le droit de porter plainte.
Fèy Touné !
Colonel HC Félix ANTENOR-HABAZAC
Directeur du SDIS

Photo : Capture écran vidéo amateur