Une vidéo porno de deux élèves de seconde mise en ligne sur Facebook

Vues : 48001

video-porno-eleve-seconde-baimbridge-guadeloupe-sur-facebook

Une vidéo porno, montrant deux élèves de seconde en train de faire l’amour a été mise en ligne sur les réseaux sociaux ce week-end et fait le buzz depuis hier. La scène a été filmée dans une salle de classe au LPO de Baimbridge en Guadeloupe.

Dans la vidéo qui dure plus d’une minute, on y voit deux jeunes, un garçon et une fille pratiquement nus, faisant l’amour sur une table dans leur salle de classe et probablement filmés par un autre camarade. Le plus ennuyeux c’est qu’on voit bien le visage de la jeune fille qui a les yeux clos mais on distingue à peine celui du jeune homme qui a la tête baissée. Des commentaires blessants incriminant la jeune fille fusent en ce moment et le garçon lui semble être épargner par les critiques.

La scène a été filmée à leur insu et ils n’avaient visiblement pas prévus que la vidéo se retrouve sur facebook accessible à tous.  Les conséquences ne sont pas réellement calculables pour le moment.

Le jeune homme visiblement très en colère contre celui qui les a filmés aurait publié des excuses sur son profil : « Je tiens à m’excuser devant toutes les personnes qui ont vu la vidéo, à mes (ex) amis, à ma famille et à ma copine que j’ai trompé alors qu’elle avait tout pour me plaire. Mon comportement je l’avoue était dégueulasse« . Il précise également : « j’avais déjà une réputation délicate maintenant elle ne tient qu’à un fil, mais bon je dois assumer mes conneries jusqu’au bout. » Et pour tous les commentaires qui doutent de ses compétences en la matière il rajoute : « Et toutes vos paroles la ! Je tiens à dire qu’elle la voulait doucement. »

Une affaire qui crée l’indignation des parents et de la communauté scolaire. La vidéo qui a été partagée des centaines de fois, n’est plus disponible à l’heure actuelle.

Selon la loi, « le fait, en vue de sa diffusion, de fixer, d’enregistrer ou de transmettre l’image ou la représentation d’un mineur lorsque cette image ou cette représentation présente un caractère pornographique » est puni de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. Les peines sont portées à 7 ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende « lorsqu’il a été utilisé, pour la diffusion de l’image ou de la représentation du mineur à destination d’un public non déterminé, un réseau de communications électroniques.

Facebook, réseau social accessible à tous mais également une porte ouverte aux dérives de toutes sortes, nous voilà encore une fois confrontés à la dure réalité du virtuel qui affecte nos vies privées.

Photo : Flash Info Antilles