Va-t-on vers une suppression des 40 % des fonctionnaires d’outre-mer ?

Vues : 2532

La petite phrase a fait mouche, peut être pas dans le sens voulu par Emmanuel Macron, auteur de cette déclaration, mais il faut dire qu’il s’est attaqué à un sujet sensible et qui n’a jamais manqué de faire réagir. En tout cas, dès qu’il s’est agi de s’en prendre à la surémunération des fonctionnaires en Outre-mer.

Jeudi 28 juin, lors des Assises des Outre-mer au palais de l’Elysée à Paris, Emmanuel Macron a évoqué le sujet. Selon lui, le système actuel de surrémunération des uns engendre la pauvreté des autres et ce sont ces 40 % qui font le lit de la vie chère. Il faut avoir le courage d’en sortir estime le président français.

Ces propos ont fait sortir de leurs gonds les responsables des centrales syndicales de Martinique qui estiment qu’il faut lutter contre la vie chère, un point c’est tout. Ils ont aussi fermement fustigé les actionnaires qui engrangent des dividendes conséquents.

Les congés bonifiés réformés

Lors de ces assises des Outre-mer à Paris Emmanuel Macron a également annoncé la réforme des congés bonifiés pour les fonctionnaires. Elle va prendre effet à partir de 2020 avec des congés moins longs, mais qui seront octroyés tous les deux ans au lieu de trois ans actuellement.

Emmanuel Macron a fait cette réflexion à l’occasion de la présentation du Livre bleu, qui va définir la politique du gouvernement durant les cinq années pendant lesquelles il est au pouvoir. C’était on le rappelle une promesse de campagne du chef de l’Etat lancée en octobre 2017. Ce livre bleu est découpé en quatre thèmes et aborde plusieurs dizaines de mesures. Cela passe par la sécurité, le développement économique, la situation juridique ou encore les innovations en matière environnementale.