Victorin Lurel vexé par la déclaration des gérants martiniquais

Vues : 12

stations-srvice-fermees-martinique-2013

Station Total Batelière ce jour

Alors que les gérants de stations service de Martinique ont entamé une grève illimitée ce jeudi 27 décembre, Victorin Lurel a déclaré ce matin avoir été vexé par la déclaration des gérants martiniquais. Steeve Victoire, le porte parole des professionnels de Martinique a déclaré que le ministre de l’outre mer s’est moqué d’eux et que le gouvernement ne s’intéresse pas à ce problème.

Des accusations que rejette Victorin Lurel qui dit comprendre l’inquiétude des gérants bien qu’elle soit infondée selon lui puisque le décret a pour but de faire baisser les prix tout en préservant l’emploi. Il  reste cependant ouvert à la négociation.

Si selon « le décret carburants en 10 question réponses » du gouvernement les marges des stations et les emplois ne sont pas menacés, quel est donc l’intérêt de faire gréve, se demandent les usagers ?! Les professionnels affirment ne plus faire confiance à Victorin Lurel et en appel au premier ministre Jean-Marc Ayrault :

La rencontre au Ministère des Outre-Mer le 18 Décembre n’a pas permis à la filière d’obtenir des réponses précises aux nombreuses questions soulevées par les projets de décret.

Face aux inquiétudes et malgré les promesses de concertation faîtes à la filière au plus haut niveau de l’Etat, le Ministère des Outre Mer semble vouloir poursuivre à marche forcée la mise en place du décret.

Pourtant, si ces projets du Ministère des Outre Mer provoquent le désordre, ils ne répondent pas aux bonnes questions.

Aucun engagement n’est pris, aucun chiffre n’est donné sur le gain en centimes par litre que les habitants des DOM peuvent escompter. Dans cette incertitude complète, les risques de fragilisation de la filière carburants qui génère aujourd’hui des milliers d’emplois sont réels.

L’écart de prix des carburants entre la Métropole et les DOM tient aux distances et à l’insularité pour acheminer le brut et les produits. Y contribue  également la  taille relativement faible des marchés qui augmentent les coûts unitaires d’approvisionnement, de raffinage et de stockage  de carburants qui obéissent aux normes de la communauté européenne malgré des environnements très différents. Enfin, le modèle de distribution permet aujourd’hui pour la plus grande satisfaction des clients d’assurer un service  à la pompe traditionnel et de qualité sur des territoires où les stations sont proches des clients mais ont des débits unitaires sensiblement inférieurs à ceux de la métropole.

L’insularité comme la taille des marchés demeureront.  Aussi, les risques portent bien sur les emplois de la filière carburant. Une filière qui réitère ses légitimes inquiétudes et en appelle au Premier Ministre pour entamer de réelles consultations.

Jusqu’ici Victorin Lurel s’était montré intraitable sur la date d’application du décret sur les carburants, à savoir le 1er janvier 2014. Ce matin il a déclaré qu’il ne souhaitait plus donner de jour précis. Le ministre guadeloupéen a rappelé que le texte était prêt mais que tant que les concertations n’étaient pas terminées, il ne souhaitait pas donner de date.

En attendant les stations service de Martinique restent fermées, la grève se poursuit demain 28 décembre.