Vidéo porno d’une collégienne martiniquaise mise en ligne

Vues : 4021

Après l’affaire, des puteries des antilles en Guadeloupe, voici une nouvelle dérive concernant l’utilisation des réseaux sociaux. Les faits se sont déroulés le 25 février dernier.

Une vidéo montrant  une collégienne en uniforme qui fait une fellation à un lycéen également en en uniforme s’est retrouvée peu de temps après sur internet et en particulier sur les réseaux sociaux. La fillette ne semble pas agir sous la contrainte. Les faits se produisent en pleine journée et visiblement durant les heures de cours sur les marches donnant accès au palais des sports du Lamentin.

Circulait également sur la toile une photo décrivant la scène comme suit « onti sousse avan ay lekol » ! On pouvait distinguer un autre élève sur la photo regardant la scène et décrit comme « mako la ».

Dès que le chef d’établissement dans lequel est scolarisée l’adolescente a été informé des faits, un signalement a rapidement été lancé auprès du rectorat et des autorités judiciaires. Car, en vertu de l’article 40 du code de procédure pénale, les fonctionnaires ont l’obligation d’aviser sans délai le procureur de la République dès lors qu’ils ont connaissance d’un crime ou d’un délit, et particulièrement dans les cas d’abus sexuels. Une obligation applicable, et cela indépendamment du fait que le crime ou le délit ait été commis à l’intérieur ou à l’extérieur de l’établissement scolaire.

La police recherche le ou les auteurs de la vidéo. Il pourrait s’agir de deux personnes distinctes. Ils sont passibles de poursuites pour captation et diffusion d’images pédo-pornographiques. D’après la loi, « le fait, en vue de sa diffusion, de fixer, d’enregistrer ou de transmettre l’image ou la représentation d’un mineur lorsque cette image ou cette représentation présente un caractère pornographique » est puni de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. Les peines sont portées à 7 ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende « lorsqu’il a été utilisé, pour la diffusion de l’image ou de la représentation du mineur à destination d’un public non déterminé, un réseau de communications électroniques. »