Violences et « insultes racistes » : Le maire de Fort de France indigné, en appelle au calme

Le maire de Fort de France dont la ville a été, jeudi, le théâtre de violents affrontements entre forces de l’ordre et activistes, s’est indigné vendredi contre des « insultes racistes (…) proférées à l’égard du peuple martiniquais », mais a néanmoins appelé les deux parties à retrouver leur calme, prévenant qu’il ne laissera pas sa ville sombrer dans la violence d’où qu’elle vienne.

« Je ne saurais accepter que des insultes racistes soient proférées à l’égard du peuple Martiniquais », s’indigne vendredi Didier Laguerre dans un communiqué publié sur le compte Facebook de la ville de Fort de France, au lendemain des affrontements consécutifs à l’arrestation de deux activistes martiniquais soupçonnés de violences à l’égard de policiers, en mai dernier.

«Je déplore les comportements qui ne font qu’exacerber les tensions et ne permettent pas de dépasser les antagonismes », ajoute l’élu.

Didier Laguerre estime que «la réponse ne peut en aucun cas être la violence, et ce, venant des deux parties, tant des forces de l’ordre que des manifestants ».

« Je ne veux pas que la ville de Fort-de-France soit le théâtre d’affrontements et de dégradations de biens publics ou privés », prévient le maire qui s’était entretenu un peu plus tôt dans la journée, devant sa mairie, avec des manifestants qui avaient souhaité le rencontrer.

Mais très vite, le climat s’était tendu avec certains manifestants, empêchant tout dialogue.
« J’ai tout d’abord échangé, en pleine rue, avec la famille du manifestant placé en garde à vue, puis en privé avec ses parents afin de les soutenir et leur fournir les réponses qu’ils n’arrivaient pas à obtenir des autorités », précise le maire. (vidéo ci-dessous)

« J’appelle donc tous les acteurs à l’apaisement et au respect des valeurs humanistes qui nous ont toujours rassemblées », ajoute-t-il dans son communiqué.

Au moins quatre personnes ont été blessés lors des affrontements de jeudi : deux manifestants et deux policiers.

Le malaise s’amplifie en Martinique
Jusqu’où irons-nous ?
Et jusqu’où veut-on nous pousser?
En ces temps déjà troubles, certains semblent avoir des plans bien néfastes pour nous…

Publiée par Stéphanie Octavia sur Vendredi 17 juillet 2020