Virtuose de la trompette, Keith Johnson, un créole de la Louisiane vit de pourboires à Hollywood

Keith Johnson a ses habitudes, assis sur le Boulevard des célébrités, il joue de la trompette.
Son seau rouge posé à ses pieds, son livre de partitions ouvert, Keith Johnson accueille les passants, l’air mélancolique.

Une petite fille lui tend deux billets d’un dollar et ravit, Keith lui joue une reprise d’un tube des années 60. Puis son sourire s’adoucit en attendant un accent caribéen. Le trompettiste qui joue sur le fameux Walk of Fame d’Hollywood a été bercé durant son enfance en Louisiane par la langue créole et le français que parlait sa grand-mère.

Installée en Louisiane au début du Xxème siècle, la « grand-mother » de Keith vivait dans la capitale à Baton Rouge. Les fêtes de carnaval qui rappellent le vidé antillais, il s’en rappelle. Discuter avec le trompettiste Keith Johnson c’est l’occasion de revisiter le passé commun entre la Caraïbe et la Nouvelle-Orléans, une ville qui fête cette année son tricentenaire.

Keith Johnson nous raconte à sa façon, l’histoire de la Nouvelle-Orléans dans laquelle se confond celle lointaine des Créoles  blancs et noirs des Antilles (entre autres) qui a largement influencé la vie en Louisiane.

Résultat d’un mixage de langues qui s’est construit à partir du français populaire et des langues des esclaves de plantations, issus de région et d’ethnies différentes la langue créole est beaucoup utilisée dans cet Etat du Sud-Est des Etats-Unis.

En 1718, sur le conseil du régent Philippe (Duc D’Orléans), l’explorateur Jean-Baptiste Lemoyne de Bienville va établir une colonie française dans le golfe du Mexique qu’il appelle La Nouvelle-Orléans. Si, les bâtiments, les casernes, l’église, l’hopital ressemblent aux établissements français, les maisons d’habitation sont d’inspiration antillaise « pour laisser passer la chaleur » note-t-on dans les livres d’histoire. Dans cette société coloniale française et esclavagiste, la population était très métissée.

En 1762, la France cède la Nouvelle-Orléans à l’Espagne mais quarante plus tard, la Nouvelle-Orléans reprend son statut français. Dans la Caraïbe, des mouvements politiques entraînent des migrations de Saint-Domingue et d’Haïti vers la Nouvelle-Orléans, la population double en Louisiane. Les antillais créent une communauté qui perpétuent leur culture, leurs traditions culinaires ou artistique dans cette région ségrégationniste du Sud des USA.

Keith Johnson a encore en mémoires, des mots appris par sa grand-mère et il en est fier. Ses yeux s’illuminent quand il entend s’exprimer en créole. Ce patois qui est sa langue maternelle, encore en usage en Louisiane.

Keith Johnson est au 6922 Boulevard d’Hollywood, il profite des visiteurs qui viennent voir l’étoile de la chanteuse Aretha Franklin, décédée d’un cancer jeudi 16 août 2018. Ecoutez Keith Johnson à la trompette :

De la LOUSIANE à la CARAÏBE avec KEITH, trompettiste à Los Angeles (C'news Actus Dothy)

REPORTAGE : LOS ANGELES – LOUISIANE – CARAÏBE : KEITH J. a des larmes aux yeux lorsqu'on évoque les langues CREOLE ou le FRANCAIS qu'il entendait petit, en LOUISIANE. Aujourd'hui, KEITH vit très modestement à Los Angeles. Il joue de la trompette sur le WALK OF FAME. C'news Actus Dothy Antillesboxmail – Dothy Hollywood Walk of Fame

Publiée par Antillesboxmail – Dothy sur Lundi 20 août 2018

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy

Images C’news Actus Dothy