Virus : L’OMS condamne «les propos racistes» des 2 chercheurs, «l’héritage d’une mentalité Coloniale»

Lundi 6 avril, au cours d’une conférence à Genève, le directeur de l’OMS, Tedros Adhananom Ghebreysus a condamné les « propos racistes » des deux chercheurs invités à débattre sur LCI à propos du nouveau Coronavirus (SARS-CoV-2), COVID-19. Leurs échanges avait déclenché une vive polémique sur les réseaux sociaux après qu’ils aient proposés de tester un futur vaccin contre le COVD-19 en Afrique. Le patron de l’Organisation Mondiale de la Santé  s’est dit étonné et surpris de tels propos qui rappellent  « l’héritage d’une mentalité Coloniale ».

Jeudi 2 avril 2020, deux chercheurs dont Camille Locht, directeur de recherche à l’Inserm dans le Nord de la France et Jean-Paul Mira, chef de service de médecine intensive et réanimation à l’hôpital Cochin à Paris s’entretiennent sur le plateau de la chaîne en continu LCI. Jean-Paul Mira, dans la perspective d’un vaccin contre le virus qui fait des ravages dans le monde demande : « Si je peux être provocateur, est-ce qu’on ne devrait pas faire cette étude en Afrique, où il n’y a pas de masques, pas de traitements, pas de réanimation, un peu comme c’est fait d’ailleurs sur certaines études avec le sida, ou chez des prostituées : on essaie des choses parce qu’on sait qu’elles sont hautement exposées. Qu’est-ce que vous en pensez? ».

Camille Locht de l’Inserm lui répond qu’il a raison :« On est en train de réfléchir en parallèle à une étude en Afrique avec le même type d’approche, ça n’empêche pas qu’on puisse réfléchir en parallèle a une étude en Europe et en Australie ».

Tedros Adhananom Ghebreysus, ancien chef de la diplomatie éthiopienne, s’est dit honteux et horrifié d’entendre ce genre de propos au XXIème siècle. Lors de la conférence de presse, il a déclaré :  « Ce genre de remarques racistes n’aide pas. L’Afrique ne peut pas et ne sera pas un laboratoire de test pour un quelconque vaccin. Nous suivrons les mêmes règles pour tous les essais de vaccins ou de thérapie partout dans le monde. Ce genre de résurgence de mentalité coloniale doit cesser. C’est une honte d’entendre ça au XXIè siècle, et en plus de la part de scientifiques. Tous ces êtres humains seront traités comme tels dans la lutte contre le coronavirus ».

Les deux chercheurs français ont présenté leurs excuses mais pour le Ministère des Affaires étrangères « ils ne reflétaient pas la position des autorités françaises ». Des associations comme Esprit d’Ebène  ou Sos Racisme en France ont condamné les propos des deux médecins, chercheur et réanimateur s’exprimant sur LCI dans le cadre de recherches autour du vaccin BCG contre le COVID-19. Le Club des Avocats au Maroc, par l’intermédiaire de leurs avocats  Me Mourad Alajouti et Me Saïd Maâch Avocats au Barreau de Casablanca, ont décidé de porter plainte auprès du Procureur de la République.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images capture d’écran C’news Actus Dothy