Windrush-Londres : Une expo trace les premiers ressortissants des caraïbes, aujourd’hui privés de soins et menacés d’expulsion

Cette même année où l’on commémore l’arrivée des premiers caribéens en Angleterre, une polémique est au cœur de cette célébration.

Selon les quotidiens anglais, « ces derniers mois, il est apparu que des ressortissants des Caraïbes qui s’étaient établis en Grande-Bretagne entre 1948 et 1973 avec la génération «Windrush» se voient refuser l’accès aux soins de santé du NHS, perdent leur emploi et sont même menacés d’expulsion.»

L’occasion de comprendre quelle légitimité ont ces caribéens, lesquels ont été les premiers antillais a se baser au Royaume Uni, participant à la construction du Pays.

70 ans après le débarquement de plus de 492 caribéens du SS Empire Windrush à Londres, l’exposition « Expectations », installée à l’entrée du Black Cultural Archives, montre comment cette première vague d’afro-antillais se sont installés en Angleterre et comment ces immigrés ont résisté au racisme et créé une communauté multiraciale au Royaume Uni.

The « Windrush Génération » trace l’histoire inédite des leaders de la communauté britannique noire dans les années 1960 et 1970 en images au Black Cultural Archives à Brixton dans le Sud de Londres.

« Beaucoup de jeunes Noirs de notre communauté ne s’intéressent au patrimoine que lorsqu’ils visitent des musées au cours de leurs études. Ce projet vise à donner accès à des exemples de leadership noir, ainsi qu’à des documents d’archives en dehors de l’environnement éducatif normal. » a déclaré Neil Kenlock.

« Expectations » comprend des photographies de Neil Kenlock, ancien photographe des British Black Panthers et fondateur de ChoiceFM. L’exposition, organisée par Emilia Kenlock, la fille de Neil a été inaugurée le 7 août et s’es achevée le dimanche 28 octobre dernier.

« Expectations », c’est 70 photographies géantes en noir et blanc qui célébrent les dirigeants de la communauté noire britannique. Beaucoup sont issus de la génération de migrants de la Jamaïque, et de Trinidad et Tobago, arrivés en Grande-Bretagne sur le « MV Empire Windrush ». Le navire MV Empire Windrush est arrivé sur les quais d’Essex le 22 juin 1948. les 70 images d’« Expectations », sont donc une célébration du 70e anniversaire de ce débarquement.

Par un matin brumeux de juin 1948, un ancien bateau de croisière allemand, l’Empire Windrush, remonta la Tamise jusqu’au quai Tilbury, à Londres, où il débarqua des antillais venus de Kingston, en Jamaïque. Beaucoup d’entre eux étaient d’anciens militaires qui avaient servi en Angleterre pendant la guerre. Les nouveaux arrivants constituaient la première vague de la campagne britannique d’après-guerre visant à recruter de la main-d’œuvre dans le Commonwealth afin de combler les pénuries d’emplois dans des services administrés par l’État comme le NHS ( National Health Service est le système de santé national financé par l’État) et London Transport. (History Today)

 

L’exposition présente un certain nombre de personnalités telles que Darcus Howe (diffuseur et droits civils militant), Olive Morris (anti-discrimination, défenseur des droits des femmes et des squatters), Lord David Pitt (baron de Hampstead, homme politique du Parti travailliste, médecin généraliste et activiste politique), Arthur Stanley Wint OD MBE (premier médaillé d’or olympique jamaïcain et haut Commissaire) et Steve Barnard (premier présentateur de radio noire de la BBC avec une émission de musique reggae).

Le terme Afro-Caraïbes est souvent utilisé pour désigner les résidents noirs britanniques. L’utilisation la plus répandue et la plus traditionnelle du terme communauté afro-antillaise concerne les groupes qui continuent à observer certains aspects de la culture, des coutumes et des traditions des Caraïbes au Royaume-Uni.

La majorité de la population afro-antillaise du Royaume-Uni est d’origine jamaïcaine, de Trinidad et-Tobago, Saint-Kitts-et-Nevis, de la Barbade, de la Grenade, d’Antigua-et-Barbuda, de Sainte-Lucie, de la Dominique, de Montserrat, d’Anguilla, de Saint-Vincent-et-les Grenadines et du Guyana .

Les Afro-Caribéens sont présents dans tout le Royaume-Uni, avec les concentrations les plus importantes à Londres et à Birmingham.

Mais les Les Afro-Caribéens se concentrent aussi dans d’autres villes comme Manchester, Bradford, Nottingham, Coventry, Luton, Slough, Leicester, Bristol, Gloucester, Leeds, Huddersfield, Sheffield, Liverpool et Cardiff.

Les quartiers ou l’on retrouve traditionnellement la communauté afro-caribéenne sont les quartiers de Brixton, Harlesden, Stonebridge, Hackney, Lewisham, Tottenham, Peckham dans la ville de Londres.

Aston à Birmingham, Moss Side à Manchester, St Ann à Nottingham et Toxteth à Liverpool.

Selon le recensement du Royaume-Uni de 2011, le plus grand nombre de personnes afro-antillaises se trouvent à Croydon, dans le sud de Londres.

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy


Images C’news Actus Dothy